Partagez | .
 
rth + my name is taylor and i'm a survivor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage





Invité

Invité


Message(#) Sujet: rth + my name is taylor and i'm a survivor Dim 14 Juin - 17:41


RUBIS TAYLOR HARPER
It's not because I'm fair, young and that I look fragile that I'm a doll:
I am a gun because I'm armed.  


PERSONNAGE

Age › Vingt-six ans.
Lieu de naissance › Chicago, Illinois (USA).
Nationalité › Américaine.
Famille › Sa famille, la blonde l'espère, est en sécurité sur le continent américain. Derrière elle: deux sœurs et ses parents, sans doute mort d’inquiétude à son sujet, en effet Taylor a quitté la maison familiale en 2010, elle était alors âgé de vingt-et-un ans et elle s'envolait vers les terres européennes pour ses études, études qui auraient dût lui offrir une brillante carrière de politicienne, la jeune femme était faite pour ça mais, c'était sans compter sur l'épidémie qui deux ans plus tard rongeait le continent, qui l'obligea à fuir et à abandonner ses études.
Statut amoureux › Célibataire, Taylor est hétérosexuelle aux dernières nouvelles, elle a déjà eu quelques petits amis lorsqu'elle était adolescente et aussi Oliver, en allemagne mais jusqu'ici ce n'était rien de très sérieux et d'après elle, ce n'est pas demain la veille qu'elle trouvera le grand amour ni qu'elle fondera une famille, pour que le fœtus soit dévoré par un zombie ? Non merci.
Occupation › Anciennement étudiante en politique, officiellement rebelle et mécanicienne improvisée.
Groupe › Bad To The Bone.
RPLAYER

Pseudo › curieuse.
Age › dix-sept ans.
Multicomptes › non.
Comment avez-vous connu le forum › sur bazzart.
Crédits pour la fiche › tumblr.
Disponibilités ›  normalement tout les jours, mais plus souvent les week-end.
Code à remplir ›
Code:
[color=#DC143C][b]AMBER HEARD[/b][/color] ➔ RUBY TAYLOR HARPER


PART I: ONCE UPON A TIME

Une mère avocate qui pourrait sans doute expliquer les talents d'éloge de la jolie blonde mais, aussi sa conviction à faire valoir ce qui est juste et à défendre ses idéaux avec énergie et passion, sentiments comparable à la ferveur. Un père dans les forces de l'ordre qui expliquerait les talents de défense de la jeune femme, son caractère de chien et sa désapprobation à se laisser faire, à se laisser manipuler mais, aussi sa façon qu'elle a de faire parler les gens.  

***

FLASH BACK + Quelques années bien avant sa naissance, années que ses parents ont connu, les Etats-Unis d’Amérique sont sous le contrôle des forces allemandes et japonaises. Le troisième Reich est en pleine ascension, tout le monde redoute le phénomène, tout le monde craint les SS et surtout, bons nombre craignent de se voir un jour déporter. Dans la tête d'Hitler c'est pourtant clair, toute autre race que la race aryenne doit être éradiquée, par chance et sans doute doivent-ils remercier leur discrétion et leurs têtes blondes, les Harper et leur première fille échappent à la solution finale. En 1989, Taylor voit le jour dans un hôpital de Chicago, la ville est encore sous les ruines mais les américains se démènent pour lui redonner son charme, relever les murs et bâtir des tours plus haute les unes que les autres dans le but d'en faire l'une des trois plus grande ville de tout les Etats-Unis.

1994 + « Agathe ! » hurlait-elle depuis la chambre du haut. « Agathe, je l'ai retrouvé ! » poursuivait-elle avec un enthousiasme à s'en arracher les poumons. Agathe, l'aînée de trois ans de la blonde accourait déjà dans l'escalier du somptueux appartement d'une des tours les plus haute de Chicago, tout en suppliant sa cadette de bien vouloir arrêter d'hurler de la sorte. Une fois en haut, la sœur aînée tentait de reprendre son souffle tout en déboulant dans la chambre « Mili ! » s'exclama-t-elle en se jetant sur le lapin que sa sœur tenait dans ses petits bras d'enfant.

« On devrait vite le remettre dans sa cage avant que.. » la petite Taylor n'eût pas le temps de terminer sa phrase qu'elle fût interrompue par madame Harper, sa mère: « Avant que quoi, jeunes filles ? » disait celle-ci les points sur les hanches, arborant un faux air sévère souhaitant se montrer des plus convaincantes, ce qui fonctionnait puisque les deux jeunes filles Harper baissèrent les yeux sur le sol, conscientes d'être coupable d'une bêtise. En effet, monsieur et madame Harper avaient donné la consigne aux filles de ne pas ouvrir la cage de leur nouveau petit compagnon: Mili le lapin et une fois de plus elles avaient désobéis. Mais, ce fût la plus téméraire des deux et non pas pour autant la plus âgée qui releva ses prunelles bleues vers sa maman pour tenter de s'expliquer:  « Excuse-nous maman, on ne voulait pas désobéir mais juste faire une caresse à Mili.. »

Une fois encore c'était Taylor qui prenait les devants, elle n'acceptait pas aussi facilement que sa sœur les punitions et n'avait pas l'impression d'avoir fait quelque chose de mal, la petite blonde âgée d'à peine cinq ans promettait un caractère fort, déjà très intelligente pour son âge elle savait déjà y faire avec sa mère et sa sœur, souvent pour échapper aux punitions. Mais, jamais elle n'irait dire que c'était de la faute d'Agathe, combien de fois papa lui avait répété que des tords avoués étaient déjà à moitié pardonnés ? Plusieurs fois déjà.

Madame Harper, malgré son ventre de femme enceinte: rond comme un ballon, s'agenouilla à la hauteur de ses filles, prenant un air désolé: « Je me doute que ce n'était pas pour faire mal Rubis chérie mais, quand papa et maman disent non: c'est non. Et ta sœur devrait le savoir. » Elle posa sur l'aînée un regard plus sévère, la jeune Agathe âgée de huit ans se contenta de baisser la tête sans broncher mais Taylor n'en avait pas fini de plaidoyer: « On voulait juste faire un câlin à Mili.. C'était aussi de ma faute maman, pas seulement Agathe. Promis, on ne recommencera plus.. » Elle donna un petit coup de coude, qui se voulait discret, dans les côtes de sa sœur, qui ajouta: « Promis. »

Madame Harper ne pu se retenir de sourire et se relevant tant bien que mal annonça à ses filles que c'était bon pour cette fois mais, si elle les reprenait à ouvrir la cage du lapin alors elles seraient punies. « Allez. On descends et allez remettre Mili dans sa maison, d'accord ? » Ajouta-t-elle. Les deux fillettes retrouvèrent leur sourire et répondirent en cœur un d'accord sur un ton des plus enjoué.

1996 + « Allez papa: laisse moi voir ! » la blondinette cherchait à retirer les mains, de son père, de ses yeux. Elle en avait marre d'attendre et voulait connaître sa surprise, elle se demandait bien ce que cela pouvait être. Dans son dos, elle entendit les rires de sa sœur et de sa mère, qui contrairement à elle, voyaient. La belle Taylor gagnait un an aujourd'hui et cela faisait deux ans exactement qu'elle était devenue grande-sœur, une fierté dont elle ne se cachait pas et un rôle qui lui tenait à cœur mais, aujourd'hui c'était son jour et elle n'avait pas envie de se soucier du bébé: elle était sur-excitée.  

« Papa montre moi ! » suppliait-elle, monsieur Harper fini par céder et dégagea doucement ses mains du doux visage de sa fille, devant elle, dans le parc de la résidence: un immense château gonflable. La jeune fille écarquilla les yeux et se retourna pour sauter dans les bras de son père, qui l'attrapa fermement pour la serrer fort dans ses bras et lui murmurer:  « Je te l'avais promis ma princesse. »

Toute la petite famille passa son après-midi dans le parc, jouant et sautillant dans le château gonflable pour le plus grand bonheur de Taylor et elle espérait déjà remettre ça un autre huit janvier d'une prochaine année.

2008 + Le troisième Reich, Taylor en avait alors vaguement entendu parlé jusque là: du haut de ses dix-neufs ans Taylor se trouvait chez elle avec toute sa famille lorsque l'Amérique fût bombardé par les régimes hitlériens, suite à l'élection de Barack Obama quelques jours plus tôt. L'Amérique déjà souffrante des nombreuses destructions causées par les nazis quelques années en arrière, replonge de nouveau dans le chaos. Par chance, les Harper s'en tire une nouvelle fois, sans trop de difficultés.





PART II: A NEW LIFE

2010 + Taylor a vingt-et-un ans quand elle fait le choix de quitter sa famille et son pays natal pour aller vivre sur le continent Européen pour ses études de politique. Ambitieuse et talentueuse dans tout ce qu'elle entreprends, la belle a toute ses chances pour réussir et pour gagner une brillante carrière de politicienne, ses parents en sont persuadés.

« Alors ma fille prête pour l'aéroport ? » madame Harper venait de faire irruption dans la chambre de la blonde, Taylor s'acharnait à essayer de boucler ses valises: en vain. « Aurais-tu besoin d'aide ? » se laissant tomber lourdement sur le lit tout en soupirant, Taylor lança un regard à sa mère en joignant ses mains comme pour prier: « Tu serai ma sauveuse si tu y arrivai ! » Angélina riait tout en s'approchant de la dernière valise à boucler de sa fille et avec un peu d'huile de coude parvint à la fermer. La blonde serra sa mère dans ses bras en lui embrassant la joue: « Merci maman.. »

Après avoir longuement étreint sa fille, madame Harper s'asseyait sur le dessus de lit tout en regardant un à un les bagages. « Ça y est, ma fille quitte le nid. Qu'est-ce que tu va faire sans moi ? » dit-elle un sourire aux lèvres. Taylor s'asseyait à côté de sa mère en lui prenant les mains: « Maman, ce n'est pas si long, je reviendrais pour les vacances, je ne vous abandonne pas. Et puis il y a Agathe, Ivy et papa. Et j'arriverai à me débrouiller, je te le promet. »

La mère et la fille parlèrent encore longtemps jusqu'à ce que monsieur Harper se décide à descendre les valises à la voiture. C'était l'heure des au revoir, Taylor avait la gorge nouée et un léger pincement au cœur en se voyant faire signe de la main à ses sœurs et sa mère qui restèrent à la porte de l'immeuble, observant la voiture s'éloigner.

« Et si jamais tu as un problème, tu nous appelles. » Ajouta monsieur Harper, alors qu'ils discutaient dans le hall de l'aéroport, Taylor le rassura de son grand et beau sourire. « T'inquiète papa, ça ira et puis comme tu dirai: si un garçon vient t'embêter, tu lui en retourne deux. » la jolie blonde riait aux éclats, tout en faisant mine de se battre avec son père, il l'avait souvent emmené avec lui à la salle de boxe et il avait prit grand plaisir à lui en enseigner les bases, au cas où elle devrait se battre un jour, ce qu'il n'espérait pas, bien sûr.

Tantôt son vol fût annoncé et il fût l'heure de dire au revoir à son père et de grimper dans l'avion pour les terres européennes.

2011 + Elle excellait, elle était brillante, tout le monde l'admirait lorsqu'elle prenait la parole devant la classe, elle pouvait faire tomber amoureux - façon de parler - d'elle, n'importe qui l'écoutait un peu. Entre temps elle était rentrée chez elle, dans l'Illinois pour retrouver sa famille et leur raconter ses mois passés à étudier, elle s'était fait des amis, elle était devenue qui dirait: populaire mais, aussi se fût-elle qui fût choisi pour un stage en Allemagne, qu'elle accepta malgré ce qu'elle savait sur le troisième Reich: elle n'allait pas refuser un stage qui ne pouvait qu'influencer sa progression dans le milieu de la politique et puis, elle ne craignait rien.

Une fois installée dans le pays de l'Axe, elle apprit à se faire discrète et à baisser la tête en croisant les officiers SS qui ne pouvaient que la reluquer, la jeune blonde était tellement belle et attirante que même ceux, que l'on cinglait de tout les noms pour leurs horreurs, étaient à ses pieds. Cette année là, elle fit la rencontre d'un beau allemand du prénom d'Oliver, qui s'éprit de la jolie blonde à qui il tenta à maintes reprises de voler un baiser mais, la belle ne se laissa faire qu'après quelques mois et ils filèrent le parfait amour, enfin.. un amour idyllique rien de plus, la belle gardait la tête sur les épaules et les pieds sur terre. Oliver restait un allemand, fils d'officier et officier lui-même.

« Promet moi que tu viendra rencontrer mes parents à Saxe. » susurra-t-il au creux de l'oreille de la blonde, qui se retourna vers lui tout en faisant mouvoir les draps du lit. « Oliver, on en a déjà parlé.. » dit-elle doucement en prenant le visage du brun entre ses mains. « Je ne préfère pas, du moins pas maintenant. » conclut-elle en souhaitant changer de sujet, elle l'embrassa mais Oliver voulait savoir. « Pourquoi Taylor ? » demanda-t-il, alors qu'elle s'échappait de son étreinte en allant couvrir son corps des yeux de son petit-ami. La blonde ne souhaitait pas répondre à cette question, elle ne voulait tout simplement pas rencontrer sa belle famille parce qu'elle n'était pas sûr de vouloir Oliver toute sa vie, elle l'aimait oui, mais il restait Allemand et ses idées politiques étaient contraires aux siennes, il était fanatique du nazisme et elle ne voulait pas le contredire et mettre en péril leur amour pour de la politique, alors elle se contenta de lui offrir son sourire des plus ravageurs tout en ajoutant: « La curiosité est un vilain défaut mon cher, que pourrais-je donc faire pour vous dissuader de me sous-tirer des informations ? » elle s'amusait toujours autant de ce jeu qu'ils avaient instauré et le fait de le distraire fonctionnait plutôt bien, il avait fini  par laisser tomber.


Quand le troisième Reich commanda une énième rafle cette même année, Taylor se montra distante avec Oliver, elle ne voulait pas se mêler de ça et surtout: elle souhaitait oublier qu'elle dormait tout les soirs avec un homme qui était responsable de ces atrocités, la belle en avait un ra le bol de l'entendre se venter de ce qu'il avait fait de sa journée, il parlait d'extermination comme on parlerait d'une série télé. « Oliver tais-toi. Je t'en prie tais-toi. » elle s'était assise dans le canapé en attrapant une tasse de thé. « Ma chérie.. » il avait tenté de la prendre contre elle, elle s'était éloignée comme pour fuir la peste et elle l'avait regardé, les traits plein de rage et un regard noir qu'il n'aurait pas soupçonné. Oliver resta assis à la contempler, en se demandant comment il avait pu ne pas comprendre plus tôt. « J'aurais dû me douter qu'une blonde de la race américaine s'opposerait au troisième Reich. » avait-il lâché sur un ton glacial. « Salaud.. Tout ce temps j'ai essayé d'oublier ton fanatisme, parce que je t'aimais mais toi, jamais tu ne t'es préoccupé des idées politiques que je pouvais avoir, tu vois.. Je te croyais un peu différent des autres, je pensais que tu suivais juste ton père par respect.. mais, non tu ne vaut pas mieux qu'eux, tu es obsédé par l'idée de tuer des gens qui ne t'ont rien fait ! A part croire en un dieu qui n'est pas tiens, peut-être ?! Va crever Oliver, tu ne mérites que ça, comme tout ces autres fils de pute d'allemands. » elle avait avait commencé en hurlant mais, avait fini sur un ton neutre, comme si cela lui importait peu. L'officier s'était levé mais, n'avait pas prononcé mot, pourtant il avait paru offensé par les railleries de la blonde, il avait serré la mâchoire, peut-être énervé et malheureux de se rendre compte qu'il perdait celle qu'il pensait être la femme de sa vie. Il avait fini par quitter la maison, laissant Taylor, qui était finalement soulagée que cette situation n'est pas tourné au vinaigre, il aurait très bien pu lui coller une balle dans la tête, c'est un nazi après tout.  Malgré tout il avait essayé de la joindre pour s'excuser plusieurs jours de suite mais, jamais la blonde ne lui avait répondu.

Un soir, Taylor avait décidé de sortir au super-marché du coin pour acheter de quoi faire à manger pour les jours suivants. Mais, elle n'aurait jamais crût que ce jour là, elle ferait la rencontre qui changerait sa vie. A la sortie du super-marché, quelqu’un lui arracha son sac à main des doigts. « EH ! » la blonde s'était mise à courir après son agresseur, qui dans la nuit ne lui semblait pas bien grand mais qui ne courrait pas vite pour autant, grâce à son footing régulier et à sa bonne condition physique dût à la boxe, la belle blonde était endurante et elle poursuivait donc la silhouette encore longtemps jusqu'à perdre sa trace. Enfin, du moins, elle croyait l'avoir perdu mais un bruit dans une ruelle attira son attention. N'importe quelle femme n'aurait pas couru après son agresseur ni ne se serait aventurée dans une ruelle sombre mais, il faut croire que Taylor possédait un courage à toute épreuve.

C'est derrière une poubelle, dans une ruelle à l'abri des regards qu'elle fit la rencontre d'Ela. Une fillette brune, qui lui avait volé son sac pour tenter de trouver de quoi s'acheter à manger, la jeune fille était en effet assez maigre et vêtue d'haillons, elle ne semblait pas être de bonne famille et encore moins allemande.

« Pitié ne me dénonçait pas.. pitié » avait-elle supplié. Taylor s'était agenouillée à sa hauteur tandis que la jeune fille lui rendait son sac à main, qui aurait-cru qu'un si petit bout de femme aurait pu avoir ne serait-ce suffisamment de force pour arracher un sac à main et courir aussi vite ?  « Ne t'inquiète pas, je ne te ferai rien. Comment t'appelles-tu et où sont tes parents ? »  la jeune femme avait été douce pour ne pas l'effrayer, elle n'allait pas en vouloir à une gamine d'avoir voler son sac, elle devait avoir une raison.  « Des monsieur sont venu les chercher, papa m'avait demandé de me cacher si quelqu'un venait frapper à la porte. Ela. Mon prénom c'est Ela. » alors Taylor compris. Son prénom à consonance juive ne laissait aucun doutes là-dessus, ses parents avaient été déportés et elle se retrouvait seule: livrée à elle-même. Ce soir là, Taylor recueillie la demoiselle chez elle.

Les jours suivant, elle lui acheta des vêtements et lui concocta les meilleurs plats pour que la jeune fille reprenne des forces. Ela et la blonde s'étaient liées d'amitié. L'une voyant en l'autre une sœur, en quelque sorte. Malheureusement Taylor n'arriva pas à cacher éternellement la jeune fille aux autorités.. « Oliver ? Mais qu'est-ce que tu fou là ? » le bel allemand, se tenait droit dans ses bottes, tandis qu'il ordonnait (en allemand bien sûr) à d'autres SS de quitter les lieux, qu'il n'y avait plus rien à trouver et qu'il s'occupait d'expliquer la situation à la jeune femme. Ne comprenant pas, Taylor s'interrogea: « Qu'est-ce qu'il se passe ? » Oliver lui expliqua alors qu'il passait lui rendre visite quand il est tombé nez à nez avec une jeune juive qui était rentrée par effraction dans la maison, il avait donc appelé des officiers pour l'emmener et d'autres pour fouiller le sous-sol, juste au cas où il y en aurait d'autres. La blonde se senti mal à l'aise et elle en devint livide: « Comment ça emmené ? Cette gamine vivait ici avec moi ! Oliver bon sang elle n'a que huit ans ! Oliver.. » l'officier avouait s'être douté que c'était la blonde qui l'avait recueilli. « Je ne l'ai pas dit aux autres.. Taylor, je voulais te protéger.. S'ils avaient su, ils t'auraient emmenés également.. » la blonde retrouva vite toutes ses couleurs et retrouva la force de lui en coller une. Il méritait bien ça et elle hurlait à son visage que s'il avait voulu lui prouver quoi que ce soit ce n'était pas en envoyant mourir une gamine qu'il y arriverait. « Je ne changerai pas d'avis à ton sujet Oliver, fou le camp d'ici, tu n'es plus le bienvenu, je n’accueille pas des nazis dans ma maison. Remet les pieds ici et c'est moi qui t'envoie mourir. » l'allemand tenta une dernière fois de se faire comprendre en prononçant: « Nomansland. Un archipel à côté de l'Inde, c'est là-bas qu'elle va. » sur ces derniers mots, l'ancien amoureux de la blonde quitta la maison.




PART III: THE BEGINNING OF SURVIVOL

2011 + Un jour aux informations, on annonça que la planète tout entière serait bientôt sujette à l'apocalypse: un nouveau virus venant d'Europe commençait déjà les ravages et faisait de nouveaux contaminés chaque jours. Mark Zuckerberg fit une dernière apparition sur la toile, avant que tout réseau internet et toute électricité soient coupés, en prédisant que l'espèce humaine aurait entièrement été irradiée par le virus d'ici vingt-ans. Il n'en avait pas fallut plus à la blonde pour quitter l'Allemagne et ses études pour rejoindre le fameux archipel de Nomansland, sur lequel les nazis envoyaient des personnes d'une autre race, mourir. Si elle devait mourir, elle voulait d'abord s'assurer qu'Ela était toujours en vie.

Elle avait d'abord songé à prendre l'avion, ou le bateau pour rentrer en Amérique et être en sécurité ainsi que rejoindre sa famille mais, tout les réseaux de transport avaient fermé leurs portes, sur ordre des Etats-Unis, pour éviter toute contamination extérieure disaient-ils. Peut-être était-ce une blague faites au régime nazi ? Le continent de l'Est: un camp de mort pour leurs créateurs. Taylor ne trouvait pas ça drôle et se demandait pourquoi l’Amérique n'avait pas encore envoyé les avions de l'armée, les chercher.

2012 + Sous l'effet de l'apocalypse, la blonde était devenue une sorte de rebelle et elle s'était mise à voler et piller les magasins, de toute façon, il n'y avait déjà plus rien ni personne pour l'en empêcher, alors elle n'allait pas se priver. C'était un peu chacun pour sa peau depuis quelques temps, personne n'avait voulu lui venir en aide, alors elle ne viendrait en aide à personne. Peut-être pas très intelligent mais la belle s'en fichait royalement, son seul but: survivre et rejoindre l'archipel, peut-être que là-bas la vie n'était pas encore aussi chaotique qu'elle l'était en Europe, ou alors elle l'était et peut-être même pire..

Au fur et à mesure des jours, la belle commençait à douter des informations que lui avait donné Oliver, au sujet de l'archipel. Elle lui avait toujours fait plus ou moins confiance mais, s'il l'avait envoyé là bas pour la faire tuer.. ? Taylor en doutait mais, Oliver restait un officier SS et elle en venait même à se demander s'il ne l'avait pas mené en bateau dès le début, elle se demandait comment elle avait pu aimer un nazi et comment elle avait pu lui donner sa confiance. Mais, il était trop tard pour songer au passé, à présent elle avait bien d'autres choses à penser ainsi qu'à faire.

En effet, à bord du gros cylindré toyota qu'elle avait volé sur sa route, la belle avait fait la rencontre de ceux qu'on appelait les prototypes: des êtres infâmes, qui au moindre son, au moindre bruit se jette sur vous comme des furies, les yeux blanc ou injectés de sang, la peau en lambeau, sans voix ils grognent et émettent des sons bestiaux. C'est en traversant ce qu'il reste d'une ville que Taylor les a croisé, ils ont commencé à sortir de chaque coin de rue, lorsqu'ils ont entendu les crissements de pneus du quatre quatre.  Et croyez-la, elle n'est pas désireuse d'en recroiser.. Et pourtant..

La blonde s'était aventurée en dehors de son véhicule, pour voler de quoi manger dans un supermarché abandonné, elle était rentrée avec méfiance. Elle avait évolué le long des rayons, son glock à la main (arme à feu, volé quelques jours plus tôt) appuyé par son autre main qui serrait une lampe de poche, pour éclairer les étales. De cette même main, elle sélectionnait quelques emballages de nourriture pour les jours à venir mais, lorsqu'elle se saisit d'une boite de conserve, une main s'était posée sur son épaule, elle sursauta en lâchant la conserve pour se retourner et faire face à.. à un homme, qui avait sans doute la cinquantaine, il l'a supplié d'être silencieuse et de le suivre:  « Ce lieu est infesté, il faut sortir de là.. Suivez-moi, je vais vous aider. » Taylor n'avait pas traîné, si ce lieu était rempli de prototypes, il fallait sortir de là et vite, déjà elle devinait les grognements bestiaux dans son dos et une horde de pas précipité, déjà la peur commençait à la prendre aux tripes, elle suivit l'homme au pas de course sans broncher, gardant son arme à la main mais préférant éteindre la lampe de poche pour ne pas attirer l'attention.

« Par ici. » la-guidait-il tout en tournant dans une rue, face à eux un mur s'élevé au bout de l'impasse. « Une impasse ! Mais, vous voulez tout de même pas escalader ? Il faut faire demi-tour ! » Face à lui, l'homme devint livide, derrière elle, les zombies étaient déjà engagés dans la ruelle. La blonde décide de se retourner pour leur faire face, plus d'une dizaine. « Bordel ! Espèce de con, on va se faire bouffer ! » La jeune femme regretta vite ses paroles parce que le son de sa voix n'avait qu'excité un peu plus la horde d'infectés. Ils se rapprochaient, la blonde n'avait pas d'autre choix qu'ouvrir le feu, quitte à en attirer d'autres, tant pis: elle voulait s'en tirer vivante. Elle les criblait de balles mais, ils se relevaient toujours, alors l'homme, lui-même muni d'une arme et d'un gilet part-balle lui lança: « Il faut viser la tête ! » Taylor s'exécuta et aussitôt la première balle toucha la tête d'un de ces monstres, aussitôt il s'écroula par terre et ne se releva pas. La belle ne chauma pas, éclaboussée de sang, la sueur collant ses cheveux à son visage, Taylor ne lâcha pas son arme, elle en devenait même sourde à force d'entendre le son de la détente. Bientôt, il leur fallut se battre au corps à corps, la jeune femme n'avait jamais eu à se battre pour de vrai, seulement dans une salle de boxe, elle n'avait jamais tué personne mais, l’apocalypse change un homme et c'était le cas pour la demoiselle qui munit d'un poignard de chasseur, tantôt tranchait la gorge, tantôt crevait les yeux de ses adversaires.

Fatiguée, essoufflée la jeune femme se tenait debout au milieu de cadavres, elle pleurait en silence, fuyant du regard l'horreur qui s'étendait à ses pieds. Elle se demandait comment elle avait pu en arriver là. L'envie de survivre, la force et l'espoir l'avait surement aidé mais, elle ne se reconnaissait pas et quand elle entendit un autre grognement étouffé, aux aguets elle n'hésita pas une seconde à appuyer sur la détente. Elle venait de tuer l'homme qui avait tenté de l'aider. Elle ne comprit qu'après qu'il avait été mordu: contaminé et quand elle fût certaine qu'il soit bien mort, elle osa enfin s'en approcher pour piller sa dépouille et récupérer munitions, gilet part-balles, une corde et d'autres choses qui pourraient l'aider.

Après ça, la belle avait changé, elle ne craignait plus de tuer un homme, ni d'affronter des prototypes, elle avait repris la route en direction de l'archipel Nomansland et continué le pillage et le vol quand cela était nécessaire. Elle avait même acquis quelques bases en mécaniques suite à la panne du quatre quatre.

2013 + Après d'autres rencontres de prototypes et de vrai bain de sang, Taylor arriva enfin à Nomansland, elle cherchait la moindre trace de vie humaine, sans succès, elle évita jungle et endroit qui lui semblait trop sauvage où des prototypes pouvaient se cacher. Quand elle déboucha en quatre quatre, devant les portes d'une cité qui avait été bâtie, l'accès lui était interdit, elle insista et proposa de quoi payer son entrée mais, sans doute que le sang qui la recouvrait, avait dissuadé les gardes de la laisser passer. Alors elle avait demandé où est-ce qu'elle pourrait se trouver un abri, ils n'avaient pas voulu l'aider mais, c'était sans compter sur une troupe de gars en moto qui avaient accepté de la prendre sous leurs ailes, ils disaient vivre après le désert, au sud de l'archipel.

Taylor les avait suivi, arrivée là-bas elle découvrait une décharge automobile à laquelle elle s'acclimata bien vite, à elle mais aussi à ses habitants, bandits en tout genre, elle rencontra des gens comme elle qui n'avait cherché qu'à survivre et était devenu rebelle par la force des choses mais, aussi certains criminels, que le chef du gang à moto lui avait déconseillé de fréquenter.

Au cours de cette année, elle découvrait le trafic d'esclaves qu'avait mis en place le groupe ainsi que les prostituées qui se trimbalaient entre les allées de cadavres de voitures et au bar, tard le soir. Ce lieu n'était pas sain mais, la belle s'y habitua et n'hésita pas à se plier au jeu de la torture quand elle n'obtenait pas ce qu'elle voulait. Son caractère déjà endurci, la belle se faisait respecter du groupe mais, désireuse de se trouver un coin de liberté, elle partit à la conquête de villes désaffectées, dans l'une desquelles elle trouva refuge dans un appartement d'un vieil immeuble: toujours debout et dont il restait un peu d'eau courante à disposition.

2014 + Installée dans son appartement, elle se rendait de temps en temps à la décharge automobile, pour quelques jours, pour dire de s'y ravitailler en munitions si besoin et d'aller saluer Al: le chef du gang à moto, bien connu dans la région. Mais, toujours aucun signe de vie d'Ela, la petite juive qu'elle avait recueillie chez elle avant l'infection. Et s'il y avait bien eu un camp de concentration sur l'archipel, la belle n'en avait encore trouvé aucunes traces.

Cette année-là, alors qu'elle s'était aventurée dans un autre immeuble abandonné pour y trouver de nouvelles ressources, elle avait découvert un chiot errant dans les bâtiments et avait décidé de lui donner de quoi se nourrir et de quoi boire pour le remettre sur pattes. Mais, elle ne s'attendait pas à ce que le chiot l'adopte et lui colle les basques partout où elle irait: du coup elle avait été forcée de trouver de quoi nourrir le chiot, qu'elle avait nommé Gizmo et elle le traînait partout avec elle, en essayant de l'éduquer.. Mais ce chien est une vraie tête de mule !




Comment envisage-tu ta mort › mortelle: la jeune femme s'imagine sans doute dévorée toute crûe ou alors mordue et elle se retrouvera dans la peau d'un prototype, chose sans cervelle qui seime la pagaille partout sur le continent. mais la blonde espère tout de même ne pas mourir de si tôt, elle espère rejoindre le continent américain par tout les moyens possible et ne comprends toujours pas pourquoi l'armée américaine n'a pas envoyé ses bateaux et ses avions pour venir les chercher. tout ce qu'elle souhaite c'est ne pas mourir ici:  jamais.
Ta réaction face à un Prototype › courir: qui ne cours pas en se retrouvant nez à nez avec une silhouette infâme ressemblant de prêt ou de loin à un humain mais qui n'est pas un humain et qui veut juste vous bouffer, dans quel but la blonde l'ignore, mais tout ce qu'elle sait c'est qu'un prototype ne pense pas, ne réfléchis pas, n'a pas le même régime alimentaire mais il court et il court très vite. alors, elle court encore plus vite cherchant à le ou à les semer et si elle s'aperçoit qu'elle ne s'en sortira pas uniquement en courant alors elle sort son glock et elle tire dans le tas, en touchant souvent quelques uns, mais si cela ne suffit pas alors elle se munit de ce qu'elle trouve sur le terrain et elle se bat.
Ta plus grande crainte › mourir, sans doute. parce que la belle tient à sa vie. mais elle craint également de ne jamais retrouver Ela, également elle craint de recroiser Oliver un jour, elle préférait le savoir mort plutôt qu'en vie.
Survivre seul ou ensemble › solitaire: la vie de groupe n'est pas faite pour elle, avant dans son autre vie, elle aurait volontiers passé toute une journée avec son groupe de copines mais cette vie n'est plus et les gens changent, même la blonde qui été promise à un avenir de politicienne. préférant la compagnie de son bon vieux poignard ou de son glock toujours coincé à sa ceinture, elle a décidé de survivre seule, ce qui ne l'empêche pas de se rendre à la base et dans les villes détruites aux alentours de temps à autre, beaucoup de personnes l'a connaisse mais uniquement de visage (enfin pour la plupart). elle ne se promène jamais sans le chien errant qu'elle a recueillie une nuit et qui depuis ne cesse de la coller.
Anecdote › une anecdote ? la belle à un tatouage de plume sous le sein droit, elle possède un glock qu'elle porte caché à sa ceinture, qui est toujours chargé et lorsqu'elle dort: il est sous son oreiller et elle garde la main dessus, elle possède aussi un poignard de chasse, coincé dans sa rangers, à sa cheville.  une cicatrice à peine visible sur la cuisse droite et elle a plus ou moins adopté gizmo, un chiot labrador. de plus, elle se maquille encore, elle a avec elle un rouge à lèvre et du mascara (peut-être inutile mais, ça la conforte de garder une habitude du passé). elle s'est toujours faite appelé taylor, uniquement sa famille l'appelé rubis.
Alignement › chaotique bon: elle est comme qui dirait une rebelle, doublée d'une criminelle, torturer un homme pour obtenir ce qu'elle veut n'est pas nouveau, enfin ne l'est plus et elle n'hésite plus à user de la gâchette ou d'un coup de couteau bien placé quand il le faut pour s'en sortir. survivre, elle n'a que ce mot là en tête et elle compte bien se tirer de ce merdier vivante et cela coûte que coûte mais, dans le fond ce n'est pas une mauvaise fille, même si elle se souci plutôt d'elle-même plutôt que les autres.
Spécialité › combat à mains nues: la jolie blonde sait se servir de ses poings, mais aussi de sa tête, elle a fait du combat à mains nues sa spécialité depuis que les prototypes ont commencé à envahir le continent européen, il lui a fallut se battre pour s'en sortir mais faire usage de sa cervelle surtout, stratège elle sait frapper là où ça fait mal, avant l'invasion elle s’entraînait en salle de boxe pour se défouler et se vider l'esprit. elle n'a pas un physique incroyablement puissant mais cogner ne lui fait pas peur et elle sait contrer les coups.  
Environnement › urbain: elle préfère encore vivre dans une ville, même en ruine, dans un vieil appartement miteux plutôt que vivre dans la nature sous une cahute. le dépotoir automobile au sud est parfois son refuge, quand elle est de passage pour aller voir les autres et surtout pour se ravitailler.
Débuts à Nomansland › à vrai dire, la belle est plutôt satisfaite d'avoir rencontré Al, qui l'a prise sous son aile pour ses débuts, même si la décharge automobile est un lieu où la criminalité règne et que la débauche n'y est pas rare, elle trouve de quoi vivre là-bas et l'endroit lui plait plus ou moins, même si elle a préféré s'installer dans un immeuble désaffecté plus loin, la décharge c'est un peu comme la maison, ils sont tous là bas pour la même raison. elle s'est mise en tête de bricoler une voiture, une vieille américaine qui était encore assez potable, pour espérer la faire rouler plus tard, elle est également de mèche avec le barman de l'Oversight qui lui remplis sa fiole de vodka quand elle le lui demande.

Revenir en haut Aller en bas
 

rth + my name is taylor and i'm a survivor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
No Rest for the Wicked :: To tell the story :: Registration time :: Barely in-